Visions américaines et européennes de l’e-reputation

Pierre TRUDEL, « Visions américaines et européenne de l'e-reputation », dans Christophe ALCANTARA, E-réputation regards croisés sur une notion émergente, Paris, Gualino Lextenso éditions, 2015, 61-71.

L’e-réputation concerne l’opinion que les autres ont d’une personne dans le cyberespace. Sur le plan du droit, ses tenants et aboutissants peuvent s’envisager de façon différente en fonction du sens que l’on donne aux valeurs relatives à la réputation des personnes, à la liberté d’expression et à la vie privée. Les conceptions qui prévalent en droit américain et dans les analyses réalisées en fonction des traditions juridiques européennes présentent d’importantes différences. Les approches juridiques diffèrent lorsque vient le temps d’envisager les protections de l’e-réputation des individus. Aux États-Unis, le cyberespace est envisagé dans plusieurs écrits comme un espace d’opportunités à saisir. En Europe, plusieurs auteurs insistent sur les écueils et les dangers de l’avènement d’informations omniprésentes sur la réputation des personnes. Dans les conceptions européennes, le droit de la protection des données personnelles additionné d’un  » droit à l’oubli  » apparaît comme une voie à privilégier. Dans les conceptions américaines, les usagers sont maîtres de ce qu’ils font au sein de l’espace du réseau et il importe de garantir les conditions assurant le maintien de la confiance entre toutes les parties concernées. Alors la réputation apparaît non pas comme un droit à protéger à tout prix, mais comme un mécanisme garantissant la disponibilité d’informations assurant le déroulement adéquat des transactions entre des personnes souvent inconnues.

Mis à jour le 09/25/2015 à 3:13 .